Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Retour à l'accueil

AVIS AUX LECTEURS

L'hébergeur de notre site a changé de système.

Cela a supprimé tous les liens vers les pages qui étaient ici.

Nous allons changer d'hébergeur.

Rendez-vous en mai 2015.

/ / /

COMMUNIQUÉ

 

Quelques jours avant la vente prévue le 29 juin 2012, le vendeur du lot 177 (tenue de déporté) a décidé de le retirer de la vente.

 

Il s'agissait de la tenue de déporté, à Dachau, d'un résistant luxembourgeois, de religion catholique, interné en raison de ses activités dans la résistance (triangle rouge).

 

Ce retrait est fait dans un but d'apaisement des esprits. Bien que ce ne fût pas mon Cabinet qui présentait ce lot, je suis moi-même intervenu pour que le principe du retrait soit bien compris.

 

Il va de soi qu'aucun des intervenants de la vente en préparation n'a eu pour but de raviver des souffrances ou de faire l'apologie de quoi que ce soit.

 

De même, ce n'est pas pour faire l'apologie de l'assassinat ni du régicide que, dans la même vente, nous présentons un linge tâché du sang du duc de Berry, poignardé à mort en 1820 par un fanatique élevé dans l'idéologie révolutionnaire.

 

Dans ce genre de vente, les documents et objets historiques sont présentés à titre documentaire, dans un souci de "mémoire", et non pas dans un but propagandiste. C'est à ce titre qu'à Drouot ou ailleurs on a vendu et on vend encore régulièmement des objets porteurs de grande souffrance, par exemple :

   • une guillotine (en 2011).

   • des documents sur l'esclavage (2009-2010).

   • des objets de torture, dont le raffinement va croissant du XVIe au XXe s.

   • des documents faisant l'apologie du génocide vendéen.

   • des versions manuscrites de la Marseillaise appelant à faire couler le "sang impur".

   • la dernière chemise portée par Louis XVI le matin de son exécution.

   • les vêtements portés pour le jeune Louis XVII dans la prison du Temple.

  • des livres et documents faisant l'apologie des grands massacres socialo-communistes du XXe siècle (dans les camps chinois, les laogai du Viet Minh, les goulags bolchéviques etc.)

   • des documents et photographies rappelant le calvaire subi par les soldats français dans les camps viets ; en particulier des documents ayant trait à l'abominable Boudarel, bourreau communiste recasé ensuite comme professeur en Sorbonne.

 • des "souvenirs" (lettres, manifestes, revendications, objets) émanant de criminels sans remords (Mesrine par exemple).

Des tenues de déporté ont récemment été vendues en Europe. La maison de ventes Hermann Historica vend régulièrement des objets portant ostensiblement certains symboles du IIIe Reich. Et on a vu l'État français préempter et exposer des manuscrits de Robespierre , qui fut l'un des grands bouchers de notre histoire. Sans parler du musée de Nantes, qui expose toujours dans une vitrine la peau tanée d'un combattant vendéen !

 

Il convient donc de remettre les choses dans le contexte global des objets et souvenirs présentés sur le marché ou dans les musées.

 

Pour revenir à la vente du 29 juin, il faut noter que les bénéfices dégagés de la vente de ce lot étaient prévus pour être reversés au Mémorial du Struthoff, camp de concentration situé en France dans lequel fut interné le déporté en question.

 

Que chacun soit donc bien certain qu'aucune visée propagandiste ni mercantile ne se cachait derrière la présentation de ce lot.

 

Je précise, à titre personnel, que ma famille expose en permanence, au musée de la Libération (aux Invalides), la tenue de déporté que mon grand-père paternel portait au Struthoff et à Dachau, et qu'une telle exposition, qui dure depuis plus de 40 ans, n'a jamais posé le moindre problème, n'a jamais soulevé la moindre protestation et ne constitue pas le moins du monde une apologie des camps de concentration.

 

Roch de Coligny.

20 juin 2012.


 

Addendum, 5 juillet 2012 :

• cette tenue a été vendue à l'amiable à un musée privé consacré à l'histoire de France depuis le XVIIIe s., et qui ouvrira ses portes en 2015.

• la quasi-totalité des personnes consultées, tout en déclarant que cette tenue était loin d'être un objet anodin, n'ont pas posé d'objections à sa présentation lors d'une vente :

-Mr Elie S. a déclaré : « c'est une bonne chose pour la mémoire ».

-Mme d'Estienne d'Orves, fille du célèbre résistant fusillé en 1941, nous a déclaré « c'est bien de se souvenir ». Cette même personne a en outre apprécié que nous présentions dans cette même vente l'affiche annonçant le fusillement de son père au Mont Valérien.

 -Mr W. nous a dit : « c'est généreux de votre part d'offrir le produit de la vente pour la restauration du mémorial du Struthoff »

-Mme G., ancienne déportée aujourd'hui presque centenaire, nous a fait transmettre par son neveu, ancien conservateur de musée, toutes ses félicitations pour la présentation de cette tenue similaire à celle qu'elle avait portée.

 

En conclusion, il n'y a donc pas lieu à trop s'émouvoir à ce sujet. Affaire close.


 

 


Partager cette page

Repost 0
Published by